Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Quid de la pension légale après la réforme
Pension Suivre Suivre la catégorie
22 JANV

Quid de la pension légale après la réforme

22-1-2018
Koen De Leus – Chief Economist
Koen De Leus Chief Economist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 6-5-2018 17:55
Publié le 22-1-2018 07:03
La Belgique se distingue une nouvelle fois dans un rapport international. Nulle part ailleurs, ou presque, le fossé entre l'âge moyen du départ à la retraite et l'espérance moyenne de vie n'y est aussi important. « Bientôt, cette distorsion deviendra insoutenable », s'inquiète Koen De Leus.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Les Belges ne travaillent pas encore assez longtemps
  • Les réformes mises en place par le gouvernement fin 2017, un pas dans la bonne direction
  • La pension légale ne suffit plus à garantir une retraite paisible
  • Le gouvernement a décidé de stimuler davantage l'épargne-pension
  • Rendre obligatoire la pension complémentaire professionnelle serait une bonne idée
« En Belgique, l'âge moyen du départ à la retraite est de 60 ans pour les femmes et de 61 pour les hommes. Cela laisse, aux unes comme aux autres, une vingtaine d’années à vivre en tant que retraité. Cette réalité est tout simplement insoutenable pour notre système de pension », affirme Koen De Leus. « Le gouvernement a relevé l'âge de la pension à 67 ans, mais cela ne changera pas grand-chose si la plupart des travailleurs quittent le marché du travail cinq ans plus tôt. À mon avis, il faut davantage pénaliser les personnes qui ne respectent pas l'âge légal de la pension. Dans notre pays, la moitié des 55-64 ans ne travaille plus. De ce point de vue également, nous faisons figure de mauvais élève de la classe européenne. »  
La réforme des pensions et l'épargne-pension

La réforme des pensions

La réforme des pensions entreprise fin 2017 par le gouvernement vise principalement à garantir une pension aux générations à venir. « C'est un bon début, mais cette réforme ne va pas assez loin », regrette Koen De Leus. « Aujourd'hui, la pension moyenne d'un travailleur tourne autour de 1 200 euros par mois. Ce montant n'aura sans doute pas diminué dans vingt ans, mais que vaudront encore ces 1 200 euros compte tenu de l'inflation ? Il ne suffira sûrement plus à garantir une retraite paisible. Le nombre de personnes qui contribuent à la caisse de retraite doit fortement augmenter ces prochaines années. Et il nous faut aussi travailler plus longtemps. Sans quoi, nous n'arriverons pas à renverser la tendance. »
Le gouvernement veut stimuler l'épargne-pension en augmentant le montant assorti d'un avantage fiscal. C'est une bonne chose.Koen De Leus

L’épargne-pension

Outre la pension légale, existent aussi les deuxième et troisième piliers : la pension complémentaire professionnelle et l'épargne-pension. « Le gouvernement veut stimuler l'épargne-pension en portant le montant annuel épargné avec avantage fiscal à 1 200 euros. C’est une bonne chose.  Mais soyons réalistes : le capital constitué n’est rien d’autre qu’un petit supplément. Généraliser la pension complémentaire professionnelle, voire la rendre obligatoire, serait également judicieux. En combinant ces trois piliers, nous serons bien mieux armés pour faire face à l'explosion des départs à la retraite que nous allons connaître. »

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Koen De Leus Chief Economist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Mots-clés : Patrimoine Pension
Partagez :
Lire plus tard

Les informations et opinions reprises dans la présente lettre sont des commentaires à caractère purement informatif. Elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme des avis ou des recommandations d'ordre fiscal, juridique ou autre. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Nous vous invitons à prendre contact avec votre conseiller avant de prendre toute décision se fondant directement ou indirectement sur les informations contenues dans cette lettre. Les présentes conditions générales bancaires constituent le cadre global de la relation conventionnelle qui unit BNP Paribas Fortis SA (établissement de crédit dont le siège social est établi à 1000 Bruxelles, Montagne du Parc 3 - T.V.A. BE 0403.199.702 – RPM Bruxelles, soumis au contrôle prudentiel de la Banque nationale de Belgique, Boulevard de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles et du contrôle de l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA), rue du Congrès 12-14, 1000 Bruxelles en matière de protection des investisseurs et des consommateurs et inscrit comme agent d'assurances sous le n° FSMA 25879 A) à ses clients.

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire