Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
2019 sera-t-elle positive pour les marchés?
2 JANV

2019 sera-t-elle positive pour les marchés?

2-1-2019
Xavier Timmermans – Investment Strategist
Rédigé le 2-1-2019 09:36
Publié le 2-1-2019 09:36
L'année 2018 s'est terminée sur un rebond mais qui laisse le S&P 500 avec une perte de 9,2% sur le mois, le pire mois de décembre depuis 1931.

Sommaire

  • Les prévisions de début d’année… et la réalité
  • Les principaux points d’attention pour 2019
  • Bye bye 2018, welcome 2019
Le rebond a été encouragé par un regain d’optimisme quant aux négociations américano-chinoises après un appel téléphonique du président Trump à son homologue chinois Xi Jinping. Dans un tweet, le président américain a dit que les négociations progressaient bien et que l’accord espéré serait très étendu, couvrant tous les sujets et points de dispute.

Les prévisions de début d’année… et la réalité

Qu’auriez conclu pour la bourse américaine il y a un an si on vous avait prédit que la croissance économique aux USA en 2018 serait proche de 3%, que la croissance des bénéfices dépasserait 20%, que l’inflation serait modérée et que les rendements des obligations du Trésor US ne dépasseraient pas 3% ? Certainement pas que le S&P 500 terminerait l’année en négatif de 6,2% !

En moyenne, les stratégistes de Wall Street avaient prédit une hausse du S&P 500 de 8%. Ils ont eu raison jusqu’en septembre. A son plus haut en septembre, à 2930,75, les gains du S&P 500 atteignaient presque 10%. Mais à partir d’octobre, les marchés se sont mis à craindre une récession du fait de l’impact de la guerre des tarifs douaniers sur le commerce international, d’un ralentissement de l’économie mondiale et de la hausse jugée excessive des taux de la Fed.

Le Stoxx Europe 600 a perdu 13% sur l’année et le MSCI Emerging Market 16%. En plus des soucis évoqués ci-dessus, l’Europe a été pénalisée par les incertitudes entourant le Brexit et le déficit budgétaire italien. Les pays émergents et la Chine en particulier ont été particulièrement affectés par les tensions commerciales et leur impact sur la croissance chinoise.

Les principaux points d’attention pour 2019

Les statistiques économiques vont-elles se détériorer au point de justifier les baisses de décembre ? Ou au contraire, les investisseurs vont-ils regagner confiance et les actions regagner tout ou une partie du terrain perdu ? Pour y répondre, il faudra surveiller les éléments ci-dessous.

La géopolitique devrait continuer d’avoir un impact majeur sur le moral des agents économiques. En janvier, on devrait y voir plus clair au sujet du Brexit et du conflit commercial américano-chinois (avant le nouvel an chinois début février ?). Dans les deux cas, nous pensons que l’absence d’accord aurait des conséquences tellement dommageables que l’on peut espérer une issue rationnelle heureuse. Mais la géopolitique reste imprévisible.

Quel impact la fin du programme de rachat d’obligations par la BCE va-t-elle avoir sur les taux longs européens ? La grande surprise de fin 2018 a été la baisse des rendements à 10 ans des obligations de l’Etat allemand à 0,24%. Ils étaient à 0,43% au premier janvier 2018, ce qui fait de ces obligations la seule classe d’actif positive en 2018. Ce marché ne semble pas craindre l’éclatement d’une bulle obligataire. Certes, l’inflation reste basse et l’Etat allemand étant en surplus budgétaire, il a peu besoin d’émettre de nouvelles obligations. Mais tout de même, 0,24% est vraiment (trop) bas. Une hausse modérée devrait avoir un effet positif sur les banques.

Un troisième point d’attention majeur est l’évolution de la croissance chinoise. Elle était déjà en ralentissement avant l’escalade du conflit commercial avec les Etats-Unis. Les autorités chinoises viennent d’annoncer des baisses d’impôts et une politique monétaire plus accommodante. Quels seront les effets de ces mesures ?

Le dernier élément à surveiller de près est le secteur de la technologie et des valeurs de l’internet. En dehors de ces secteurs, les niveaux de valorisations ne sont pas extrêmes et on ne peut pas parler de bulle boursière. Les résultats du quatrième trimestre qui seront publiés dans deux semaines seront déterminants.

Bye bye 2018, welcome 2019

2018 a été une année caractérisée par de bons fondamentaux économiques mais a été une mauvaise année boursière. 2019 pourrait être une année plus difficile pour la croissance économique mais peut-être positive pour les bourses.

Il convient de garder à l’esprit que l’on est en fin de cycle et que l’on n’investit pas en fin de cycle comme en début de cycle. La volatilité devrait rester élevée mais elle joue dans les deux sens. La navigation sera encore difficile et il faudra s’y adapter à l’aide de portefeuilles privilégiant la qualité, la solidité et une diversification étendue.

Nous vous souhaitons une excellente année 2019 tant sur le plan personnel que financier.

Chiffres clés du 01/01/2019

Index Clôture +/- Depuis début 2019
Belgique: Bel-20 3243,63 0,00% 0,00%
Europe: Stoxx Europe 600 337,65 0,00% 0,00%
USA: S&P 500 2506,85 0,00% 0,00%
Japon: Nikkei 20014,77 0,00% 0,00%
Chine: Shangai Composite 2493,90 0,00% 0,00%
Hongkong: Hang Seng 25845,70 0,00% 0,00%
Euro/dollar 1,14 0,00% 0,00%
Brent pétrole 53,14 0,00% 0,00%
Or 1281,34 0,00% 0,00%
Taux belge à 10 ans 0,77
Taux allemand à 10 ans 0,25
Taux américain à 10 ans 2,69
Source : Thomson Reuters IBES

Votre expert

Xavier Timmermans Investment Strategist
Voir tous les experts
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis