Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Des marchés des actions d’humeur estivale
Actualité Suivre Suivre la catégorie
8 JUIL

Des marchés des actions d’humeur estivale

8-7-2024
Joost de Kraker – Fund Specialist
Joost de Kraker Fund Specialist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 8-7-2024 09:22
Publié le 8-7-2024 09:22
En dépit des bouleversements politiques et des statistiques économiques décevantes, les bourses poursuivent leur ascension.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Les marchés restent plutôt insensibles aux bouleversements politiques
  • Les investisseurs voient le bon côté des statistiques économiques
  • Au programme de cette semaine…

Les marchés restent plutôt insensibles aux bouleversements politiques

Après la brillante prestation du Rassemblement National d’extrême droite en France, c’était la semaine dernière au tour du parti travailliste de gauche britannique de l’emporter sur les conservateurs – les Tories – après avoir passé 14 ans dans l’opposition. Bien qu’il s’agisse donc d’un revirement monumental au niveau le plus élevé de la politique du Royaume-Uni, les marchés semblent ne pas s’en soucier outre mesure et le FTSE a fait du surplace sur une base journalière, hebdomadaire et mensuelle. Finalement, hier, la France a voté à gauche, plutôt que pour la droite.

La tension monte également aux Etats-Unis, où Joe Biden paie le prix fort après son premier débat désastreux contre Donald Trump. Le président sortant n’étant pas parvenu à se défendre contre les propos acerbes de son rival républicain, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur de son remplacement en tant que candidat démocrate.

Mais même cela ne semble que peu intéresser les marchés. Le différentiel d’intérêt entre les obligations d’Etat françaises et allemandes s’est à nouveau amenuisé et les bourses enchaînent les records. De toute évidence, les marchés se focalisent en ce moment sur l’Eldorado technologique de l’intelligence artificielle et le revirement du cycle des taux.

Les investisseurs voient le bon côté des statistiques économiques

Comme on s’y attendait, l’inflation a diminué dans la zone euro de 2,6% à 2,5% au mois de juin. L’inflation de base, qui exclut les prix volatils notamment de l’énergie et de l’alimentation, s’est maintenue à 2,9% et dépassait donc la prévision de 2,8%. Cet élément, combiné aux propos rassurants de Christine Lagarde, fait miroiter de nouveaux abaissements des taux aux investisseurs. Parmi les facteurs cruciaux susceptibles de venir jouer les trouble-fêtes, nous épinglerons néanmoins l’inflation dans le secteur des services (4,1%), qui reste obstinément élevée.

Aux Etats-Unis, la principale publication de la semaine dernière aura été les "non-farm payrolls", un indicateur qui reflète la création d’emploi aux Etats-Unis en dehors du secteur agricole. Selon ce rapport, 206.000 nouveaux emplois ont été créés en juin, c’est-à-dire davantage que les 190.000 qui étaient attendus mais bien moins que les 272.000 du mois de mai. A côté de cela, plusieurs rapports antérieurs ont été revus à la baisse et le taux de chômage a grimpé de 4% à 4,1%.

Nous pouvons donc en conclure que les statistiques économiques ne sont en elles-mêmes pas vraiment convaincantes. Dans leur humeur estivale, les investisseurs y voient cependant plutôt un signe que cela mènera à relativement court terme à des abaissements des taux, qui profiteront tant aux marchés obligataires qu’aux marchés des actions.

Au programme de cette semaine…

Jeudi, nous découvrirons les nouvelles statistiques relatives à l’inflation, sachant que les attentes à l’égard des taux d’intérêt déterminent manifestement la direction prise par les marchés. En fin de semaine, les premiers chiffres de la nouvelle saison des résultats commenceront à nous parvenir, avec comme à l’accoutumée les grandes banques américaines pour ouvrir la marche.

Vu l’actualité géopolitique du moment, personne ne se plaindra que la saison des résultats vienne faire diversion. Potentiellement, elle nous permettra de mieux évaluer l’impact des évolutions dans le domaine de l’intelligence artificielle sur les résultats des entreprises, de sorte que ce sont surtout les grosses pointures du complexe technologique qui retiendront notre attention.

Chiffres clés du 1/7/2024 au 5/7/2024

Index Clôture +/- Depuis début 2024
Belgique: Bel-20 3959,84 1,87% 6,80%
Europe: Stoxx Europe 600 516,60 1,01% 7,84%
USA: S&P500 5567,19 1,95% 16,72%
Japon: Nikkei 40912,37 3,36% 22,26%
Chine: Shangai Composite 2949,93 -0,59% -0,84%
Hongkong: Hang Seng 17799,61 0,46% 4,41%
Euro/dollar 1,08 0,99% -2,01%
Brent pétrole 87,90 1,70% 13,14%
Or 2383,30 2,45% 15,39%
Taux belge à 10 ans 3,12
Taux allemand à 10 ans 2,53
Taux américain à 10 ans 4,28
Source : Refinitiv Datastream

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Joost de Kraker Fund Specialist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire