Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Jerome Powell réconforte le marché
29 NOV

Jerome Powell réconforte le marché

29-11-2018
Marc Eeckhout – Strategist & Real Estate Analyst
Marc Eeckhout
Marc Eeckhout Strategist & Real Estate Analyst Profil
Rédigé le 29-11-2018 10:21
Publié le 29-11-2018 10:21
Les marchés financiers ont réagi positivement lorsque le président de la Fed, Jerome Powell, a laissé entendre que la fin des relèvements des taux était en vue.

Sommaire

  • Le prix du pétrole décolle de son plancher
  • Une Fed moins intransigeante : on pouvait s'y attendre
  • L'Europe toujours en plein parcours d'obstacles
Ces propos de la Federal Reserve ont contribué à la clôture de la session des bourses européennes à des niveaux stables tandis que les indices américains ont vigoureusement progressé. Cette nuit, les bourses asiatiques ont modérément suivi le mouvement. Les taux d’intérêt à long terme et le dollar ont baissé, tandis que l’or et le pétrole ont amorcé une remontée. Plus tôt dans la journée, le président Trump était parvenu à semer l’inquiétude en proférant de nouvelles menaces à l’adresse de la Chine, en évoquant la possibilité de supprimer les subventions octroyées à General Motors pour les véhicules électriques et en qualifiant Jerome Powell de "miscast" dans un reproche à l’encontre de sa politique monétaire trop dure.

Le prix du pétrole décolle de son plancher

Pour la dixième semaine consécutive, les réserves pétrolières américaines laissaient entrevoir une augmentation. D’aucuns y voient le signe d’une production excessive, de sorte que le prix du pétrole a accusé un recul marqué en peu de temps. Pour une part, ce raisonnement se tient. Toutefois, les révisions à la baisse des perspectives de la croissance économique mondiale jouent un rôle également en faisant redouter un repli de la demande de pétrole.

En cette période de l’année, une augmentation des réserves pétrolières américaines n’a rien d’inhabituel. A l’approche de l’hiver, la demande de combustibles va automatiquement reprendre. Lors de leur assemblée du 6 décembre, les pays producteurs de pétrole vont plus que probablement réduire à nouveau la production, qu’ils avaient entrepris d’augmenter pour compenser la disparition des exportations iraniennes sous l’effet des sanctions infligées au pays par les Etats-Unis. La remontée amorcée par le prix du pétrole est dès lors appelée à se poursuivre.

Une Fed moins intransigeante : on pouvait s’y attendre

A en croire les propos tenus hier par Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine (la Fed), la fin des relèvements des taux est proche. Après 8 relèvements, le taux directeur américain se situe en zone neutre, c’est-à-dire à un niveau qui n’est de nature ni à stimuler ni à freiner l’économie. La phase de correction qui touche à présent également Wall Street et les perspectives économiques revues à la baisse dans le monde entier (notamment cette semaine par le FMI) incitent Jerome Powell à la prudence.

Son changement d’attitude par rapport au mois dernier est frappant. Le relèvement des taux prévu pour décembre aura lieu, mais il est probable que la Fed n’aille pas au-delà de 1 ou 2 relèvements l’année prochaine. Consciemment ou non, Jerome Powell joue ainsi dans le jeu du président Trump, que le durcissement de la politique monétaire semble indisposer de plus en plus.

L’Europe toujours en plein parcours d’obstacles

L’actualité économique s’est révélée décevante en Europe hier, faisant état d’un repli de la confiance des consommateurs en Allemagne et d’un ralentissement de la croissance des crédits aux entreprises dans la zone euro. Après les PMI en déclin publiés ces dernières semaines, on ne s’en étonnera pas vraiment. Aujourd’hui, nous découvrirons les indices européens reflétant la confiance à la fois des entrepreneurs et des consommateurs.

En dépit des promesses des vice-premiers ministres Salvini et Di Maio, le gouvernement italien semble soudain moins disposé à revoir son budget, en tout cas à en juger par les propos du premier ministre Conte. Le bras de fer entre Rome et l’Europe se poursuit et pourra perdurer pendant un certain temps encore, mais l’Italie finira par céder à la pression de l’Europe, des marchés financiers et des agences de notation.

Cette semaine, nous continuerons à suivre les péripéties du Brexit, sans oublier bien sûr le sommet du G20 qui se tiendra ce week-end et sera dans une large mesure placé sous le signe du conflit commercial.

Chiffres clés du 28/11/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3474,00 -0,30% -12,67%
Europe: Stoxx Europe 600 357,39 0,00% -8,17%
USA: S&P 500 2743,79 2,30% 2,62%
Japon: Nikkei 22177,02 1,02% -2,58%
Chine: Shangai Composite 2601,74 1,05% -21,33%
Hongkong: Hang Seng 26682,56 1,33% -10,82%
Euro/dollar 1,13 -0,12% -6,10%
Brent pétrole 59,61 -1,76% -10,51%
Or 1213,52 0,03% -6,90%
Taux belge à 10 ans 0,80
Taux allemand à 10 ans 0,35
Taux américain à 10 ans 3,04

Source : Thomson Reuters IBES
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis