Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
La plus mauvaise semaine de l’année
13 MAI

La plus mauvaise semaine de l’année

13-5-2019
Xavier Timmermans – Investment Strategist
Rédigé le 13-5-2019 08:35
Publié le 13-5-2019 08:35
La brusque détérioration des négociations commerciales américano-chinoises a fait revenir la volatilité après quatre mois de hausse ininterrompue.

Sommaire

  • Hausse des tarifs douaniers confirmée
  • La réaction des Chinois est jusqu’à présent modérée
  • Quel impact sur l’économie ?
  • Quel impact sur les marchés ?
L’espoir qu’un accord pourrait être conclu en dernière minute ou très prochainement a soutenu les marchés vendredi et limité les pertes de la plus mauvaise semaine de l’année. Mais les négociations n’ont rien donné et les tweets du président Trump de ce week-end n’ont pas été de nature à calmer les choses.

Hausse des tarifs douaniers confirmée

Comme annoncé dans ses deux tweets du dimanche 5 mai, le président Trump a relevé vendredi les tarifs douaniers de 10% à 25% sur 200 milliards de produits chinois. La réaction du marché a été surprenante car le S&P500 a récupéré toutes ses pertes de la journée et clôturé en positif. Les acteurs du marché ont été encouragés par les commentaires constructifs des deux parties.

La volatilité a été élevée cette semaine contrastant avec le calme anormal des quatre premiers mois de l’année. Grâce à un rebond en fin de séance, le S&P500 a limité ses pertes sur la semaine à 2,2%. Le Stoxx Europe 600, qui a clôturé avant la remontée de New-York, a perdu 3,4%. Le grand perdant a été le Shanghai Shenzhen CSI 300 qui a perdu 4,7% sur la semaine malgré une hausse de 3,6% vendredi.

On ne peut pas dire qu’il y ait eu vraiment un mouvement de panique. Les traditionnelles valeurs refuges n’en ont que modestement profité : les rendements à 10 ans des obligations du Trésor américain ont baissé sur la semaine de 2,53% à 2,47%, l’or n’a progressé que de 0,5% et le yen de 1%.

Les tweets présidentiels du week-end ont été menaçants. Le président Trump a ordonné à son administration de préparer la mise en place de tarifs douaniers de 25% sur tous les produits chinois restants soit sur 300 milliards supplémentaires. Le conseiller économique du président, Larry Kudlow, a essayé de calmer les marchés financiers en disant qu’il y avait une forte possibilité que les présidents Trump et Xi puissent discuter au sommet du G20 le mois prochain au Japon. D’ici là aucune discussion formelle n’est prévue pour le moment.

La réaction des Chinois est jusqu’à présent modérée

Le négociateur en chef chinois, le vice-premier Liu He a répété que selon lui les consultations n’ont pas déraillé et qu’il restait prudemment optimiste même si le blocage porte sur des positions de principe de part et d’autre. Les Chinois veulent notamment la suppression de tous les tarifs douaniers. Les mesures de représailles chinoises n’ont pas encore été annoncées et pourraient être déterminantes.

Quel impact sur l’économie ?

Selon le Fonds Monétaire International (FMI), une guerre commerciale totale coûterait 0,6% de croissance aux Etats-Unis, 1,5% à la Chine et 0,4% à l’économie mondiale. Tout le monde serait perdant et les parties le savent. C’est ce constat avec la relative faiblesse de l’économie chinoise et l’image de « deal maker » que veut se donner Donald Trump pour les élections de 2020 qui font qu’un accord commercial est quand même probable dans les prochains mois.

L’impact des hausses de tarifs de vendredi sur la croissance chinoise est gérable (0,2 - 0,3% du PIB) mais devrait pousser les autorités chinoises à prendre encore plus de mesures de relance de l’économie domestique.

Quel impact sur les marchés ?

Les marchés ont été complaisants et tablaient sur la fin de la guerre commerciale ou une trêve de longue durée. La déception est donc forte.

Mais il y a des arguments qui plaident en faveur d’une baisse limitée des actions : 1/ les banques centrales vont maintenir les taux très bas vu les risques de ralentissement de l’économie mondiale et vont injecter des liquidités (arrêt du resserrement quantitatif aux USA) 2/ les autorités chinoises devraient prendre encore plus de mesures pour relancer la consommation interne, ce qui devrait profiter à la région 3/ un compromis commercial reste probable 4/ le président Trump est soucieux de la bourse et est totalement imprévisible.

Comme l’an dernier, le marché américain pourrait mieux tenir que les autres dans un premier temps, jusqu’au moment où l’impact des tarifs douaniers se fera sentir dans les marges bénéficiaires des entreprises et/ou dans l’inflation.

Chiffres clés du 06/05/2019 au 10/05/2019

Index Clôture +/- Depuis début 2019
Belgique: Bel-20 3504,03 -5,69% 8,03%
Europe: Stoxx Europe 600 377,138 -3,39% 11,70%
USA: S&P500 2881,4 -2,18% 14,94%
Japon: Nikkei 21344,92 -4,11% 6,65%
Chine: Shangai Composite 2939,21 -4,52% 17,86%
Hongkong: Hang Seng 28550,24 -5,09% 10,46%
Euro/dollar 1,1244 0,50% -1,64%
Brent pétrole 70,88 -0,80% 33,38%
Or 1287,27 0,49% 0,46%
Taux belge à 10 ans 0,44
Taux allemand à 10 ans -0,05
Taux américain à 10 ans 2,46
Source : Thomson Reuters IBES

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Xavier Timmermans Investment Strategist
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis