Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Le feu du momentum éteint par une douche froide
8 FÉVR

Le feu du momentum éteint par une douche froide

8-2-2019
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Rédigé le 8-2-2019 10:13
Publié le 8-2-2019 10:13
Hier, les marchés boursiers ont jeté l'éponge en raison de l'incertitude persistante qui plane sur la géopolitique.

Sommaire

  • L'Union européenne et la Grande-Bretagne sur la voie de la collision
  • La Chine et les États-Unis continuent de négocier
  • Les soucis économiques et politiques en Europe
  • Baisse solidaire des actions et des taux d'intérêt
  • A court terme, une prise de bénéfices n'est pas une mauvaise idée
Pas plus tard qu’en début de semaine, nous indiquions que Mister Market jouait dangereusement avec le feu du momentum. Le demi-tour amorcé par les commentaires de Jerome Powell (devenu extrêmement colombe depuis Noël) nous a fait vivre le meilleur mois de janvier en plus de 30 ans, après le plus mauvais mois de décembre en 100 ans. Les taureaux en ont retrouvé leur optimisme, semblant convaincus que les tracas du Brexit, du "shutdown" et du conflit commercial ne tarderaient pas à être résolus.

L'Union européenne et la Grande-Bretagne sur la voie de la collision

Cet optimisme en a cependant pris un coup hier sous la douche froide de la réalité. Theresa May était de retour à Bruxelles, mais force est d’admettre que sa démarche n’a pas été accueillie avec grand enthousiasme. La première ministre britannique veut renégocier l’accord qu’elle avait conclu en novembre avec l’Europe et qui a récemment été rejeté par le parlement britannique. Cependant, les autres Européens – Messieurs Tusk et Juncker en tête – ne veulent rien entendre. Un petit jeu qui pourrait bien nous tenir en haleine jusqu’à la date butoir, voire au-delà…

La Chine et les États-Unis continuent de négocier

On pourrait d’ailleurs dire la même chose des négociations entre la Chine et les Etats-Unis tant vantées sur Twitter par Donald Trump – presque au quotidien jusqu’il y a peu. Voilà que soudain, il est devenu bien moins probable que sa rencontre avec son homologue chinois ait lieu avant la date fixée pour l’introduction des nouvelles taxes à l’importation. Tout comme dans le cas du Brexit, il pourrait s’agir de stratégies destinées à mettre la partie adverse sous pression, mais le marché ne s’en est pas moins laissé gagner par la nervosité hier.

Les soucis économiques et politiques en Europe

C’est le Vieux Continent qui a souffert le plus après la révision à la baisse substantielle, par la Commission, de la croissance dans la zone euro. Le faible taux avancé pour l’Allemagne, traditionnellement un moteur de croissance, inquiète tout particulièrement. Quant à l’Italie, elle se dirigerait selon la Commission vers une stagnation. Peut-être que dans ces conditions, la détérioration de la relation avec la France est justement la goutte qui fait déborder le vase…

Baisse solidaire des actions et des taux d'intérêt

Bref, après la vigoureuse ascension de janvier, le marché s’est demandé – sans doute à juste titre – ce qui avait vraiment changé depuis décembre si ce n’est la promesse de la Federal Reserve de continuer à approvisionner le marché en liquidités. Objectivement ? Pas grand-chose. Les marchés-actions ayant par ailleurs atteint dans l’intervalle des seuils de résistance tenaces, il n’est pas illogique d’assister à une pression à la baisse et de voir les capitaux reprendre le chemin des marchés "sûrs" des obligations d’Etat, faisant au passage baisser encore davantage les taux d’intérêt.

A court terme, une prise de bénéfices n'est pas une mauvaise idée

Cependant, à l’instar de l’hirondelle qui à elle seule ne fait pas le printemps, une mauvaise journée isolée comme celle d’hier ne signifie pas nécessairement la fin du rally. Par contre, elle pourrait suffire à convaincre les investisseurs à plus court terme de sécuriser une partie de leurs bénéfices après la progression marquée des dernières semaines, et d’attendre tranquillement la suite des événements. Il serait en effet inutile de rappeler que 2019 a toutes les raisons d’être une année particulièrement volatile, mais voilà qui est fait. Better safe than sorry.

Chiffres clés du 07/02/2019

Index Clôture +/- Depuis début 2019
Belgique: Bel-20 3514,10 -1,78% 8,34%
Europe: Stoxx Europe 600 360,08 -1,49% 6,64%
USA: S&P 500 2706,05 -0,94% 7,95%
Japon: Nikkei 20751,28 -0,59% 3,68%
Chine: Shangai Composite 2618,23 0,00% 4,99%
Hongkong: Hang Seng 27990,21 0,00% 8,30%
Euro/dollar 1,14 -0,20% -0,66%
Brent pétrole 61,38 -2,12% 15,51%
Or 1310,48 -0,13% 2,27%
Taux belge à 10 ans 0,71
Taux allemand à 10 ans 0,17
Taux américain à 10 ans 2,65
Source : Thomson Reuters IBES

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Voir tous les experts
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis