Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Le S&P500 à 5.000 points
Actualité Suivre Suivre la catégorie
9 FÉVR

Le S&P500 à 5.000 points

9-2-2024
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 9-2-2024 11:01
Publié le 9-2-2024 11:01
Hier, le S&P500 a atteint pour la première fois le cap magique des 5.000 points, pour finalement clôturer la session juste en deçà.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Et maintenant ?
  • Les chiffres économiques déterminent la politique de taux
  • Les actions ont besoin d’une pause
  • Un momentum positif lors des records
  • Les achats d’actions propres soutiennent le marché
Dans notre monde, les chiffres ronds ont toujours quelque chose de spécial. Une fois entré dans le champ gravitationnel d’un tel cap, tout indice ou matière première se retrouve attiré comme par un aimant. On en parle, la presse s’y intéresse, et le reste en devient presque une prophétie autoréalisatrice. Jusqu’à ce qu’arrive ce qui devait presque immanquablement arriver, comme hier.

Et maintenant ?

Toute la question est évidemment de savoir ce qui va se passer à présent. En effet, il suffit d’un coup d’œil au graphique du cours du S&P500 – mais par extension aussi de pour ainsi dire tous les indices occidentaux – pour se rendre compte de l’ascension vertigineuse qu’ils ont connue depuis la fin octobre. Dans une large mesure, cette évolution est déterminée par le scénario Boucles d’Or sur lequel les acteurs du marché tablent pour l’économie américaine: pas trop chaud, pas trop froid, seulement une croissance saine.

Autrement dit, une économie qui voit l’inflation – et donc les taux d’intérêt – diminuer, mais sans sombrer dans une récession. Un exercice d’équilibre délicat, bien entendu, car cela sous-entend que cette économie doit parvenir à maintenir ce rythme. Ces dernières semaines, nous voyons défiler des statistiques économiques plutôt vigoureuses, en particulier du côté du marché de l’emploi et de la consommation, qui empêchent les taux à long terme (par exemple le taux américain à 10 ans qui affiche actuellement un niveau de 4,15%) de continuer à diminuer. En réaction, les banques centrales – la Fed en tête – s’efforcent de modérer quelque peu les attentes plutôt ambitieuses du marché à l’égard des abaissements des taux à court terme. 

Les chiffres économiques déterminent la politique de taux

Hier, c’était au tour de Thomas Barkin de monter au créneau après tant d’autres pour venir expliquer que la Fed a somme toute encore bien le temps pour abaisser les taux. Dans le langage de la Fed, cela signifie: vraisemblablement pas encore d’abaissement en mars, mais plutôt en juin.

Aujourd’hui et au début de la semaine prochaine, nous aurons droit à plusieurs statistiques cruciales concernant l’inflation américaine. Et la Fed est plus que jamais tributaire des statistiques. Autrement dit, les chiffres publiés aux Etats-Unis – et tout particulièrement ceux qui concernent l’inflation – seront déterminants pour l’évolution de la croissance.

Les actions ont besoin d’une pause

D’un point de vue technique, les marchés des actions sont résolument surachetés après la hausse impressionnante des 3 derniers mois. Ils ont besoin d’une pause, et le cap des 5.000 points est peut-être le bon moment. D’un autre côté, un cours record est aussi le moment où tous ceux qui ont investi dans l’indice – mais ce raisonnement s’applique aussi aux actions individuelles qui atteignent des niveaux historiques – font des bénéfices. Les seuls acteurs du marché qui vendent leurs positions dans ces conditions le font pour sécuriser (une partie de) ces bénéfices.

Un momentum positif lors des records

Grosso modo, il existe deux types de vendeurs: ceux qui prennent leurs bénéfices, et ceux qui ont dans le passé acquis les positions à un cours plus élevé et qui ont attendu le retour de ce niveau pour éviter d’y perdre, voire qui jettent à un moment donné l’éponge et se résignent à encaisser leurs pertes. Mais quand l’heure est aux records historiques, les seules ventes sont des prises de bénéfices.

Voilà qui explique pourquoi les cours rencontrent à ces niveaux moins de résistance dans leur ascension. A ce stade, plus personne ne vend par dépit, de sorte que les indices, les matières premières et les actions individuelles, à partir du moment où ils atteignent un niveau sans précédent, se retrouvent en proie à une dynamique haussière et même souvent à une accélération.

Les achats d’actions propres soutiennent le marché

Nous n’en restons évidemment pas moins sensibles aux remontées des taux et aux déceptions au sujet de l’économie. Mais les marchés des actions ont le vent en poupe et la FOMO (la "Fear Of Missing Out") n’en devient que plus cuisante, ce qui attire sans cesse de nouveaux acheteurs.

Des acheteurs qui se retrouvent d’ailleurs en concurrence avec les entreprises elles-mêmes, qui poursuivent allègrement leurs rachats d’actions propres. Rien qu’en février, les nouveaux programmes de rachats d’actions propres annoncés aux Etats-Unis représentaient 105 milliards de dollars. Parmi les entreprises qui misent sur cette stratégie, on retrouve de nombreuses grosses pointures du complexe technologique, qui génèrent toujours d’énormes quantités de liquidités et qui ont donc un énorme trésor de guerre à consacrer à ces rachats.

Pendant ce temps, nous continuons à guetter et à espérer un élargissement du marché. Car si le S&P500 enchaîne les records, c’est loin d’être le cas de la plupart des actions individuelles. Peut-être s’agira-t-il là de la prochaine phase du rallye: un ralentissement des "Magnificent Seven" et un mouvement de rattrapage du reste du marché. Mais d’abord, voyons ce que nous réserve l’inflation…
Retrouvez nos analyses des marchés tous les jours sur le site 'MyExperts', page 'Marchés', ou dans votre boite email via la Newsletter quotidienne de MyExperts.

Chiffres clés du 8/2/2024

Index Clôture +/- Depuis début 2024
Belgique: Bel-20 3665,65 1,09% -1,14%
Europe: Stoxx Europe 600 485,27 -0,07% 1,30%
USA: S&P500 4997,91 0,06% 4,78%
Japon: Nikkei 36863,28 2,06% 10,16%
Chine: Shangai Composite 2865,90 1,28% -3,67%
Hongkong: Hang Seng 15878,07 -1,27% -6,86%
Euro/dollar 1,08 0,04% -2,58%
Brent pétrole 81,27 2,63% 4,61%
Or 2030,71 -0,50% -1,68%
Taux belge à 10 ans 3,00
Taux allemand à 10 ans 2,36
Taux américain à 10 ans 4,16
Source : Refinitiv Datastream

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire