Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Le spectre de l’inflation fait remonter les taux longs
Actualité Suivre Suivre la catégorie
22 FÉVR

Le spectre de l’inflation fait remonter les taux longs

22-2-2021
Xavier Timmermans – Investment Strategist
Xavier Timmermans Investment Strategist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 22-2-2021 10:14
Publié le 22-2-2021 10:14
La semaine écoulée a été marquée par la hausse des rendements obligataires, le 10 ans américain atteignant 1,34%.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Craintes inflationnistes
  • Le discours de la Fed ne change pas
  • Les PMI du secteur manufacturier restent excellents
  • Confirmation : bénéfices du 4ème trimestre nettement supérieurs aux attentes
  • Un programme chargé pour cette semaine
Les bourses ont toutefois bien résisté portées par des indicateurs économiques encourageants, les progrès de la vaccination et par les résultats des entreprises. Le S&P500 a reculé de 0,5% sur la semaine tandis que le StoxxEurope 600 a progressé de 0,21%. La question qui agite les marchés concerne l’inflation : pourrait-elle réapparaître plus vite que prévu ?

Craintes inflationnistes

Wall Street commence à s’inquiéter de la perspective d’une hausse de l’inflation. Le marché des swaps montre que l’inflation attendue pour la période de 5 ans qui commence dans 5 ans a augmenté à 2,4%. Les taux réels US à 10 ans sont remontés en février de -1,05% à -0,80%. Ces inquiétudes sont alimentées par le gigantesque plan de soutien à l’économie américaine, les 1900 milliards de dollars proposés par l’administration Biden dans un contexte de politique monétaire ultra accommodante. La remontée des prix du pétrole, des métaux industriels et de certains produits agricoles a accentué le malaise.

Jusqu’à présent, la hausse des taux longs a bien été tolérée par les actions. Pour le secteur bancaire, la pentification de la courbe des taux est même une bonne nouvelle. Il en va de même pour les valeurs cycliques. Mais il ne faudrait pas que la hausse des taux longs soit trop rapide. Les valorisations élevées de certains secteurs, notamment celui de la technologique étant justifiées par des taux longs extrêmement bas, cela pourrait susciter un malaise.

Les investisseurs auront plus d’indications vendredi lorsque le Département du Commerce publiera l’indice PCE (Personal Consumption Expenditures Price Index), la mesure de l’inflation préférée de la Fed. Le consensus des économistes table sur une hausse de 1,4% sur un an hors énergie et alimentation, bien en-deçà de l’objectif de la Fed de 2% en moyenne. Cet indice était à 1,5% en décembre.

Le discours de la Fed ne change pas

Jerome Powell a déclaré la semaine dernière à l'Economic Club de New York que ce n’est pas de sitôt que la Fed devrait "même penser" à retirer son soutien monétaire. Le compte-rendu de la Fed publié mercredi a fait écho à cette opinion. La hausse des attentes inflationnistes n’est pas suffisante que pour forcer la main de la Fed pour qui la lutte contre le chômage est prioritaire.

Les PMI du secteur manufacturier restent excellents

Les enquêtes auprès des directeurs des achats du secteur manufacturier restent très au-dessus de 50, signalant une croissance de l’activité. L’indice PMI manufacturier de la zone euro est passé en févier de 54,8 à 57,7. Celui des services a par contre baissé de 45,4 à 44,7 étant toujours affecté par les mesures sanitaires.

Aux États-Unis, l’indice PMI manufacturier a baissé un peu à 58,5 tandis que celui des services s’est amélioré à 58,9.

Confirmation : bénéfices du 4ème trimestre nettement supérieurs aux attentes

Nous approchons de la dernière étape de la saison des bénéfices aux États-Unis, avec 80% des entreprises ayant fait rapport, alors que l'Europe en est à peine plus de la moitié. Une majorité d'entreprises battent les estimations du consensus dans les deux régions. Avec 68%, l'Europe connaît la plus forte proportion de surprises positives depuis au moins dix ans, tandis qu’aux États-Unis elles sont également élevées. En outre, l'ampleur des surprises est fortement positive, avec 12% et 18% respectivement en Europe et aux États-Unis.

Un programme chargé pour cette semaine

Aux États-Unis on devrait en savoir plus sur la confiance des consommateurs : mardi avec l’indice du Conference Board et vendredi avec celui de l’Université du Michigan. Jeudi on aura les commandes de biens durables et vendredi la mesure de l’inflation préférée de la Fed, le PCE et les dépenses personnelles.

En zone euro, on aura l’inflation mardi et jeudi les indicateurs de sentiment des consommateur et des entreprises de l’Union Européenne.

Chiffres clés du 15/02/2021 au 19/02/2021

Index Clôture +/- Depuis début 2021
Belgique: Bel-20 3837,49 0,46% 5,97%
Europe: Stoxx Europe 600 414,88 0,21% 3,97%
USA: S&P500 3906,71 -0,71% 4,01%
Japon: Nikkei 30017,92 1,69% 9,38%
Chine: Shangai Composite 3696,17 1,12% 6,42%
Hongkong: Hang Seng 30644,73 1,56% 12,54%
Euro/dollar 1,21 0,07% -0,89%
Brent pétrole 62,94 0,59% 21,30%
Or 1785,19 -2,28% -5,93%
Taux belge à 10 ans 0,01
Taux allemand à 10 ans -0,31
Taux américain à 10 ans 1,35
Source : Refinitiv Datastream

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Xavier Timmermans Investment Strategist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire