Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Le verre est-il plein, vide ou à moitié plein?
Actualité Suivre Suivre la catégorie
5 AOÛT

Le verre est-il plein, vide ou à moitié plein?

5-8-2022
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 5-8-2022 10:31
Publié le 5-8-2022 10:31
Nous avons à peine dépassé la moitié de l’année boursière 2022 mais il y a déjà de grandes chances qu’elle entre dans l’histoire comme l’une des plus volatiles.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Pessimisme au premier semestre
  • Optimisme estival
  • Que nous réserve l’automne ?
  • Le test du rapport américain sur l’emploi
Après le premier semestre le plus déplorable enregistré depuis plusieurs décennies (tant pour les obligations que pour les actions), le mois de juillet a fait preuve d’une vigueur impressionnante. Cette volatilité extrême des marchés peut être attribuée à l’incertitude qui plane sur le contexte économique et financier, sans parler de la situation géopolitique.

Pessimisme au premier semestre

Durant les six premiers mois de l’année, le verre était tout simplement vide. L’envolée de l’inflation allait obliger les banques centrales à relever énergiquement les taux, au risque de plonger l’économie mondiale dans une profonde récession.

Optimisme estival

En ce moment, et cela explique le rebond spectaculaire de juillet et de début août, le scénario est nettement plus optimiste.

On peut même dire que le verre est à présent tout à fait plein. Le consensus grandit autour de la baisse imminente du prix des matières premières et de la maîtrise de l’inflation. Quant aux banques centrales, ce consensus les voit davantage se rapprocher de la fin que du début de leur cycle de resserrement monétaire. L’économie parviendra à éviter la récession et, au fond, peu importe ce que l’on entend par là puisque Madame Yellen a récemment annoncé que deux trimestres consécutifs de croissance négative ne pouvaient plus être considérés comme une récession. Nous sommes donc curieux de connaître la nouvelle définition, histoire de pouvoir adapter les manuels…

Mais trêve de plaisanterie : le fait est que le consensus est passé d’un verre tout à fait vide à un verre plein à ras bord ou, du moins, évolue en ce sens. Et comme le marché faisait preuve d’un énorme pessimisme et adoptait un positionnement négatif résolument axé sur les positions "short", un tel revirement du sentiment se traduit par une réaction marquée, en l’occurrence, à la hausse des marchés des actions et des marchés obligataires.

Que nous réserve l’automne ?

La grande question est évidemment de savoir ce que nous réserve la suite.

Si nous obtenons confirmation du scénario favorable (une inflation bientôt sous contrôle, des relèvements des taux moins "agressifs" de la part des banques centrales et pas de récession), les marchés pourront poursuivre leur progression.

Mais, si Mister Market change à nouveau d’avis et que la vision redevient celle des six premiers mois de l’année, il est probable que le plancher soit à nouveau testé.

Toutefois, un scénario réaliste se situe quelque part entre ces deux extrêmes et serait qu’à la vigoureuse progression de juillet succède une évolution plutôt horizontale. Dans ce cas, le verre serait à moitié plein ou à moitié vide.

L’alternance entre les deux perceptions engendrera alors de la volatilité sur base journalière ou hebdomadaire mais il se pourrait que le marché fasse finalement du surplace pendant quelques semaines. Le cas échéant, ce serait une bonne nouvelle car on pourrait y voir la continuation d’un processus de stabilisation progressif.

Le test du rapport américain sur l’emploi

Aujourd’hui, la publication du rapport américain sur l’emploi et surtout la réaction du marché à cette publication nous apporteront une indication fiable de ce qui nous attend. Un rapport trop vigoureux pourrait raviver l’inflation et les craintes à l’égard des taux d’intérêt. Mais, à l’inverse, une déception pourrait faire ressurgir le spectre de la récession.

L’un dans l’autre, Mister Market préférerait sans doute un résultat modéré et, à choisir, plutôt trop faible que trop vigoureux. Nous saurons bientôt ce qu’il en est.

Entretemps, nous surveillons de près la situation à Taïwan que nous voyons d’abord comme un positionnement politique, une affaire qui finira par se tasser. Mais, malheureusement, nous avions cru la même chose de la situation en Ukraine. La vigilance reste donc de mise.

Chiffres clés du 04/08/2022

Index Clôture +/- Depuis début 2022
Belgique: Bel-20 3775,27 -0,29% -12,41%
Europe: Stoxx Europe 600 439,06 0,17% -9,99%
USA: S&P500 4151,94 -0,08% -12,89%
Japon: Nikkei 27932,20 0,69% -2,99%
Chine: Shangai Composite 3189,04 0,80% -12,38%
Hongkong: Hang Seng 20174,04 2,06% -13,78%
Euro/dollar 1,02 0,80% -10,20%
Brent pétrole 94,23 -2,59% 20,19%
Or 1786,31 1,64% -1,98%
Taux belge à 10 ans 1,39

Taux allemand à 10 ans 0,80

Taux américain à 10 ans 2,68


Source : Refinitiv Datastream

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire