Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
L'odyssée de May
13 DÉC

L'odyssée de May

13-12-2018
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Rédigé le 13-12-2018 10:27
Publié le 13-12-2018 10:27
Cela faisait longtemps, mais hier tous les écrans sont devenus verts.

Sommaire

  • Meilleures dispositions concernant les marchés américains
  • Pour une fois, les marchés européens surpassent les marchés américains
  • May survit au vote de confiance
Les signes d’apaisement des tensions sino-américaines, ainsi qu’entre le gouvernement italien et la Commission européenne ont permis aux marchés actions, et surtout européens, de se redresser.

Meilleures dispositions concernant les marchés américains

Les marchés actions américains sont dans d'un peu meilleures dispositions ces derniers jours. La Maison-Blanche tient un discours un peu plus conciliant au sujet du conflit commercial avec la Chine, et les Chinois semblent faire quelques concessions au compte-gouttes. Naturellement, à cause du risque de "government shutdown" les marchés ne peuvent pas profiter pleinement du réchauffement très léger et très prudent des relations entre les deux grandes puissances. Par conséquent, les indices américains ont bien progressé, mais ont toutefois dû céder une partie de leur gain vers la fin de la séance.

Et ce cas de figure se produit plus couramment ces derniers temps. Jusqu'à la fin de l'été, chaque creux était suffisant pour attirer des acheteurs. Maintenant, chaque rally semble mis à profit pour se défaire de quelques actions. L'étourdissement survenu dans l'après-midi aux Etats-Unis coïncidait d'ailleurs avec un affaiblissement du prix du pétrole. D'après les rumeurs, l'OPEP est divisée par un désaccord sur qui doit réduire sa production dans quelle mesure. Et dans un monde où une quantité sans cesse plus importante de pétrole de schiste est pompée aux Etats-Unis, cela pèse évidemment sur le prix de l'or noir.

Pour une fois, les marchés européens surpassent les marchés américains

Le scénario s'avère plus positif pour les marchés actions européens. Cette situation mérite d'être soulignée, ne fût-ce que parce qu'il n'est pas encore arrivé bien souvent cette année que l'Occident soit réellement en tête. Le gouvernement italien semble se plier, un peu à contrecœur, certes, aux souhaits de la Commission européenne et affiche désormais un déficit de 2,04% au lieu de 2,4%. Pourquoi 2,04% et pas 2%, nous demanderez-vous. Nous nous sommes aussi posé la question. Peut-être que la symétrie mathématique fait joli. Mais peut-être que le gouvernement veut montrer qu'il a quand même sauvé quelques meubles. Quoi qu'il en soit, voilà toujours un souci géopolitique d'écarté, provisoirement en tout cas.

Il semble en outre que des manœuvres se déroulent en arrière-plan en vue de préparer le terrain pour une éventuelle combinaison au sein du paysage bancaire allemand. Vu la forte chute des cours enregistrée ces dernières semaines et ces derniers mois et le formidable redressement de hier, il semble bien que ce soit un sujet de réjouissance pour les marchés.

May survit au vote de confiance

Puis il reste la saga Brexit. Hier, Theresa May a survécu à un vote de confiance dans son propre parti (200 voix pour et 117 contre). Cela signifie que plus d'un membre de son parti sur trois la verrait bien quitter la scène. Et encore, le vote est intervenu après que Madame May a annoncé qu'elle souhaite guider le pays jusqu'au Brexit, mais ne se présentera plus aux élections de 2022 (si le gouvernement actuel tient jusque là). Car il n'est évidemment pas impossible que les travaillistes interprètent cela comme une faiblesse et organisent eux-mêmes un vote de confiance au parlement. Dans ce cas, il serait suffisant de s'allier quelques conservateurs pour écarter la Première ministre britannique.

Reste à voir si cela se produira réellement. Pour l'heure, l'odyssée de Theresa May n'a pas encore touché à sa fin. Tout indique que l'incertitude planant sur l'issue de la saga sera maintenue sans aucun problème jusqu'à la nouvelle année. Mais pour l'instant, il s'agit de se contenter de chaque petit point vert sur les écrans, sachant que chaque tentative de début de petit rally de fin d'année pourrait bien être la bonne...

Chiffres clés du 12/12/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3401,24 1,99% -14,50%
Europe: Stoxx Europe 600 350,00 1,69% -10,07%
USA: S&P 500 2651,07 0,54% -0,84%
Japon: Nikkei 21602,75 2,15% -5,11%
Chine: Shangai Composite 2602,15 0,31% -21,32%
Hongkong: Hang Seng 26186,71 1,61% -12,48%
Euro/dollar 1,14 0,37% -5,35%
Brent pétrole 61,24 0,53% -8,06%
Or 1246,22 0,16% -4,39%
Taux belge à 10 ans 0,75
Taux allemand à 10 ans 0,27
Taux américain à 10 ans 2,91
Source : Thomson Reuters IBES

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Voir tous les experts
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis