Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Rebond spectaculaire
7 DÉC

Rebond spectaculaire

7-12-2018
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Philippe Gijsels
Philippe Gijsels Chief Strategy Officer Profil
Rédigé le 7-12-2018 09:45
Publié le 7-12-2018 09:45
Pour la première fois, Mister Market semble dubitatif, ne se contentant désormais plus des mots. Reste à voir où cela nous mènera.

Sommaire

  • Les investisseurs souhaitent plus de clarté sur le contenu de l'accord entre États-Unis et Chine
  • L'augmentation de la production pétrolière américaine exerce une pression sur les prix et les relations entre les pays producteurs 
  • Les chiffres économiques restent relativement bons, mais le tableau technique des marchés-actions n’enchante guère
  • Les géants de la technologie font à nouveau leur travail, avec une belle reprise en conséquence.
Hier matin, les marchés des actions ont semblé perdre pied. Des pertes avaient déjà été essuyées en Asie, mais la pression à la vente s’est encore accentuée au fil de la session en Europe ainsi qu’à l’ouverture de Wall Street.

Les investisseurs souhaitent plus de clarté sur le contenu de l'accord entre États-Unis et Chine

Après une première réaction positive, lundi, à l’accord entre Donald Trump et le président Xi, les marchés-actions du monde entier se sont mis à accumuler les revers. Les investisseurs s’interrogent de plus en plus sur le contenu concret de l’accord, et il s’agit là d’un changement essentiel dans le sentiment du marché. 

Jusqu’ici, Donald Trump avait toujours exercé une influence positive sur les marchés, en dépit de la volatilité qu’il a tendance à semer à la volée. Même les guerres commerciales, qui ont fait pression sur pour ainsi dire tous les marchés du monde, ne sont pas parvenues à affecter les indices des Etats-Unis – mis à part d’incessantes fluctuations au rythme des faits et gestes du président américain.
 
Chaque gifle qu’il infligeait sur l’un ou l’autre front était immanquablement suivie d’une correction, mais il suffisait ensuite d’un tweet ou d’un commentaire annonçant un prochain accord fantastique pour convaincre les taureaux de procéder à de nouveaux achats. Pour la première fois, ce constat ne se vérifie pas. Mister Market semble dubitatif, ne se contentant désormais plus des mots. Reste à voir où cela nous mènera. En tout cas, il s’agit d’un revirement que nous nous devions d’épingler.

L'augmentation de la production pétrolière américaine exerce une pression sur les prix et les relations entre les pays producteurs

De plus, on a appris hier que le déficit commercial américain avait atteint un record, ce qui n’était certainement pas le but de la manœuvre. Pourtant, les Etats-Unis viennent de se hisser pour la première fois en 75 ans au rang d’exportateur net de pétrole. 

Nous vivons dans un monde complexe. Surtout quand on sait que le prix du pétrole a accusé un nouveau recul hier devant le constat que l’OPEP et la Russie – autrement dit, l’Arabie Saoudite et la Russie – ne sont provisoirement pas parvenues à se mettre d’accord sur l’ampleur de la réduction de la production à concéder par chacune des parties. 

Depuis 2016, ces deux acteurs contrôlent le marché, et la production de plus en plus abondante des Etats-Unis ne fait qu’augmenter la pression sur la conjoncture pétrolière et sur la relation entre les deux blocs. Car d’autres pays de l’OPEP sont eux aussi en quête de revenus additionnels. 

Tout le monde aimerait voir le prix de l’or noir augmenter, mais préférerait évidemment que ce soit les autres qui réduisent leur production. Les négociations se poursuivront aujourd’hui dans l’espoir de trouver un terrain d’entente. Mais bien sûr, plus on est nombreux autour de la table, plus il devient difficile de trouver un consensus et de contrôler/stabiliser le marché.

Les chiffres économiques restent relativement bons, mais le tableau technique des marchés-actions n’enchante guère

Un autre constat frappant de la journée d’hier résidait dans le dynamisme de l’indice ISM des services aux Etats-Unis, une nouvelle preuve que les marchés-actions et la réalité économique nous renvoient une image de plus en plus divergente.

Les statistiques économiques restent relativement engageantes, mais l’image technique à plus long terme du marché se détériore un peu plus de jour en jour. Mardi, le S&P500 est passé sous sa moyenne à 200 jours, de sorte que l’indice le plus influent du monde est désormais menacé d’un "death cross" (le nom que l’on donne à la situation dans laquelle une moyenne à 50 jours coupe de haut en bas une moyenne à 200 jours), connu pour être un puissant signal de vente.

Les géants de la technologie font à nouveau leur travail, avec une belle reprise en conséquence

Mais bizarrement, nous avons assisté à une réaction inverse vers la fin de la session américaine. Les indices américains sont parvenus à effacer pour ainsi dire toutes les pertes de la journée grâce à l’élan imprimé par quelques grosses pointures du complexe technologique. Le Nasdaq a même clôturé dans le vert. De plus – et ce n’est pas sans importance –, ce revirement s’est amorcé à raison de volumes considérables. 

Doit-on y voir le début d’un rally partant de niveaux résolument survendus et peut-être même – qui oserait encore l’espérer? – d’un rally de fin d’année? Mais quelques heures ne suffisent pas à tirer de grandes conclusions, tant s’en faut, et le rally de fin d’année commence à devenir une obsession. Or, ce qui vient après un rally de fin d’année est bien plus important encore. Car comme nous le disions, la réalité économique et la réalité du marché ne sont pas sur la même longueur d’onde en ce moment.

Mais quelque part en 2019, elles devront bien converger. Soit le marché a raison et les statistiques économiques ainsi que les résultats des entreprises vont devoir se détériorer rapidement et dans des proportions spectaculaires, soit ces variables parviennent à tenir tête et ce sera au marché de s’adapter. Voilà pour l’enjeu de l’année prochaine. Pour l’heure, nous allons bien évidemment guetter aujourd’hui les signaux que nous réserve le rapport américain sur l’emploi, et voir si les marchés-actions poursuivent sur leur lancée de la remontée d’hier… 

Chiffres clés du 06/12/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3324,80 -3,42% -16,42%
Europe: Stoxx Europe 600 343,31 -3,10% -11,79%
USA: S&P 500 2695,95 -0,15% 0,84%
Japon: Nikkei 21501,62 -1,91% -5,55%
Chine: Shangai Composite 2605,18 -1,68% -21,23%
Hongkong: Hang Seng 26156,38 -2,47% -12,58%
Euro/dollar 1,14 0,37% -5,21%
Brent pétrole 58,88 -5,72% -11,60%
Or 1242,94 0,42% -4,64%
Taux belge à 10 ans 0,72
Taux allemand à 10 ans 0,23
Taux américain à 10 ans 2,88

Source : Thomson Reuters IBES
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer