Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Soucis quant à la croissance
17 DÉC

Soucis quant à la croissance

17-12-2018
Xavier Timmermans – Investment Strategist
Rédigé le 17-12-2018 09:40
Publié le 17-12-2018 09:40
En fin de semaine, les marchés ont souffert d'un surcroît d'inquiétude concernant la croissance mondiale.

Sommaire

  • Signes d'affaiblissement de la conjoncture mondiale
  • Les soucis géopolitiques ne s'atténuent pas
  • Que va dire la Fed sur les taux en 2019 ?
  • Le message des marchés obligataires
  • De nouvelles mesures de relance en Chine ?
  • Qu'attendre cette semaine ?
Les statistiques économiques ont été décevantes dans plusieurs pays clés et les espoirs d’accalmie sur le plan géopolitique ont été déçus. Résultat : le S&P 500 a, à nouveau, chuté lourdement vendredi pour terminer la semaine sur un recul de 1,5%. Les indices américains sont maintenant sur les points bas de février et d’avril, l’indice des petites capitalisations, le Russell 2000 étant même passé en-dessous. Le Stoxx Europe 600 a  toutefois récupéré 0,5% sur la semaine. La semaine qui commence sera riche en événements pouvant accentuer ou inverser la tendance baissière : réunion de la Fed et conférence économique et financière en Chine.

Signes d’affaiblissement de la conjoncture mondiale

En novembre, les ventes au détail en Chine ont connu leur plus faible taux de croissance en 15 ans et celui de la production industrielle a atteint son plus bas niveau en 3 ans. En Europe les enquêtes PMI ont été décevantes tant dans le secteur manufacturier que des services. Même aux Etats-Unis, la confiance des petites entreprises a chuté et les révisions à la baisse des ventes au détail en septembre et octobre ont atténué les effets du bon début des ventes de fin d’année.

Les soucis géopolitiques ne s’atténuent pas

La grande volatilité des indices boursiers cette semaine témoigne des réactions aux flux de nouvelles contradictoires. Du côté des bonnes nouvelles, la Chine a baissé ses tarifs douaniers sur les importations de voitures de 40 à 15% et repris ses importations de produits agricoles américains. Ce sont des gestes de bonne volonté laissant entrevoir un accord de plus grande ampleur.

Malheureusement, une nouvelle incertitude politique est apparue : le gouvernement pourrait être amené à cesser partiellement ses activités cette semaine si le président et les démocrates ne parviennent pas à s’entendre sur le financement du mur à la frontière mexicaine. En outre, les ennuis judiciaires du président se sont accentués.

Le vote du parlement britannique sur le Brexit ayant été reporté en janvier, cette incertitude-là pèsera encore plusieurs semaines sur les marchés.

Que va dire la Fed sur les taux en 2019 ?

La dernière réunion de la Fed cette année aura lieu mardi et mercredi. Une hausse du taux des Fed Funds dans la fourchette 2,25 - 2,50% est largement anticipée (probabilité de 78%) mais c’est le message pour 2019 qui sera déterminant pour les marchés.

Jerome Powell, le président de la Fed, a déjà laissé entendre que le niveau actuel des taux était juste en-dessous du point neutre, le niveau de taux qui n’est ni stimulant ni freinant pour l’économie. Une pause dans la hausse des taux devrait être confirmée lors de la conférence de presse qui suivra la réunion de la Fed.

Les gouverneurs de la Fed sont confrontés avec une courbe des taux qui s’aplati, des signes de stress dans le marché des obligations d’entreprises et une grande volatilité des actions, le tout sur fonds d’inquiétudes quant à la croissance mondiale. Leur tâche sera compliquée par les critiques répétées du président Trump. Ce dernier ayant été jusqu’à affirmer que le plus grand danger pour l’économie américaine n’était pas le conflit commercial avec la Chine mais bien la politique monétaire de la Fed qu’il juge trop restrictive.

Le message des marchés obligataires

Les rendements des obligations à 10 ans ont baissé à 2,89% aux Etats-Unis et à 0,25% en Allemagne. C’est dire si les marchés ne craignent plus la surchauffe. Les signes de ralentissement économique et la baisse des prix du pétrole a fait baisser les attentes inflationnistes.

De nouvelles mesures de relance en Chine ?

Ce mardi, la Central Economic Work Conference devrait fixer les objectifs de croissance pour 2019 et les grandes lignes des politiques fiscale et monétaire. Les détails seront précisés lors du Congrès du Parti Communiste en mars.

Qu’attendre cette semaine ?

Les graphiques des indices boursiers n’ont rien d’encourageant. Aux Etats-Unis, les principaux indices sont en train de tester les plus bas de l’année. Le message de la Fed et d’éventuelles mesures de relance en Chine pourraient être déterminants.

Etant donné que les incertitudes géopolitiques ne diminuent pas, un rally de fin d’année semble désormais peu probable.

Si la baisse se poursuit, Jusqu’où pourrait-elle aller ? Nous n’avons pas de boule de cristal, mais nous restons convaincus que les circonstances actuelles justifient une correction mais pas un marché baissier (baisse de 20% et plus). La croissance mondiale devrait rester encore relativement forte en 2019 et on est encore loin d’une récession aux Etats-Unis. Les baisses déjà subies sont importantes ce qui augmente l’attrait des actions. Aux Etats-Unis, certains sous-secteurs technologiques deviennent intéressants et en Europe le rendement brut moyen des dividendes estimés pour les 600 valeurs du Stoxx Europe atteint déjà 4,19%. La BCE nous a confirmé que les taux en euro resteront proches de 0%. Les obligations resteront peu intéressantes en 2019.

Chiffres clés du 10/12/2018 au 15/12/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3384,29 1,19% -14,92%
Europe: Stoxx Europe 600 347,212 0,51% -10,78%
USA: S&P 500 2599,95 -1,26% -2,76%
Japon: Nikkei 21374,83 -1,40% -6,11%
Chine: Shangai Composite 2593,74 -0,47% -21,57%
Hongkong: Hang Seng 26094,79 0,12% -12,78%
Euro/dollar 1,12975 -0,82% -5,92%
Brent pétrole 60,27 -4,27% -9,52%
Or 1238,7 -0,57% -4,97%
Taux belge à 10 ans 0,74
Taux allemand à 10 ans 0,26
Taux américain à 10 ans 2,89
Source : Thomson Reuters IBES

Votre expert

Xavier Timmermans Investment Strategist
Voir tous les experts
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis