Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Un cadeau de Noël tardif
27 DÉC

Un cadeau de Noël tardif

27-12-2018
Philippe Gijsels – Chief Strategy Officer
Rédigé le 27-12-2018 10:27
Publié le 27-12-2018 10:27
Avec une reprise de 5%, Wall Street renaît d'entre les morts. Tentative d'explication.

Sommaire

  • Chiffres éblouissants à Wall Street
  • Quelles sont les causes de cette reprise spectaculaire ?
  • De la volatilité sur toutes les classes d’actifs en 2019
  • Un marché tellement survendu qu’un rally était presque inévitable
  • Il en faudra beaucoup plus pour réparer les dégâts
Que penser d’un tel marché ? La session qui a précédé le réveillon de Noël a été la plus désastreuse de l’histoire des bourses, mais voilà qu’après une journée de repos et de méditation sur la fête de Noël, Wall Street nous régale hier d’un rally avoisinant les 5%.

Chiffres éblouissants à Wall Street 

Le Dow Jones a grimpé de plus de 1000 points, ce qui constitue en points la progression la plus marquée de tous les temps accomplie en un jour. Vous parlez d’un revirement ! Hier, les 30 valeurs composant le Dow Jones ont grimpé, alors qu’elles avaient toutes chuté le 24 décembre. Depuis l’an 2000, nous n’avons eu que 10 fois l’occasion d’observer un retournement de situation aussi parfait. Par ailleurs, 99,8% des actions du S&P500 ont progressé, ce qui correspond au pourcentage le plus élevé depuis la création de cette statistique, il y a 28 ans. Tout cela pour vous dire qu’à un moment où tout devrait être calme et paisible, nous venons de vivre deux sessions exceptionnelles. Les ours qui pensaient que le Père Noël avait déjà repris la route du Grand Nord se sont donc bien trompés...

Quelles sont les causes de cette reprise spectaculaire ?

Voilà pour les chiffres. Mais quelles conclusions devons-nous en tirer ? Parce qu’objectivement, il n’y avait pas grand-chose de nouveau sous le soleil. Certes, les ventes au détail étaient plutôt encourageantes, ce qui a donné des ailes à Amazon, mais il n’y a pas là de quoi expliquer un bond de 1000 points du Dow Jones. Ces derniers jours, l’entourage de Donald Trump s’est efforcé de convaincre les marchés que Donald Trump ne va pas licencier Jerome Powell, car comme tout le monde le sait, la Fed est indépendante.

Mais s’il n’a pas l’intention de prendre les rênes de la banque centrale, le président américain vient en tout cas de s’attribuer un nouveau rôle – celui de conseiller en placement. A l’entendre, le repli des bourses est une fantastique opportunité d’achat. Un président qui indique quand il faut acheter des actions… du jamais vu.

De la volatilité sur toutes les classes d’actifs en 2019

Et l’époque où nous aurions taxé de tels propos de plaisanterie douteuse est définitivement révolue. Car si après l’évolution favorable de son économie, Donald Trump va à présent s’identifier davantage à la hausse boursière, nous n’avons pas fini de voir des phénomènes étranges, et des fluctuations de 5% par jour deviendront davantage la règle que l’exception. Il est d’ailleurs probable qu’il attribue d’ores et déjà la progression d’hier à son tweet, de sorte que l’évolution à laquelle nous venons d’assister n’est sans doute qu’un avant-goût de ce qui nous attend à l’avenir. En 2019, toutes les classes d’actifs – et donc pas seulement les actions – nous réservent une grande volatilité. Hier, le prix du pétrole a grimpé d’environ 10% après que la Russie avait indiqué vouloir le stabiliser. Vers la fin de la session, une dépêche annonçait que les Etats-Unis et la Chine auraient l’intention de rouvrir les pourparlers, ce qui explique probablement le nouveau bond de quelques pour cent.

Un marché tellement survendu qu’un rally était presque inévitable

Fondamentalement, peu de choses ont changé au cours des dernières 24 heures. Nous pourrions donc imaginer toutes sortes de théories de conspiration sur la manière dont les banques américaines, à la demande de Monsieur Mnuchin ou tout simplement pour redorer le blason du dernier trimestre jusqu’ici catastrophique, ont imprimé un élan haussier au marché.

Mais nous nous en tiendrons surtout à l’explication selon laquelle le marché était à ce point survendu qu’une ascension spectaculaire était devenue inévitable. D’ailleurs, l’histoire des bourses nous confirme que les rebonds les plus vigoureux en un jour, ou même sur plusieurs jours – voire semaines – s’observent dans un contexte de marchés baissiers. Tout revirement majeur de la tendance commence par une journée comme celle d’hier… mais les journées comme celle d’hier n’initient pas toutes un revirement de la tendance.

Il en faudra beaucoup plus pour réparer les dégâts

L’image technique reste déplorable, et il en faudra beaucoup plus pour réparer le préjudice causé aux graphiques. La grande question pour 2019 restera de savoir dans quelle mesure tous les problèmes géopolitiques causeront des dommages permanents à la croissance économique – autrement dit, si Mister Market a ou non raison de se montrer aussi pessimiste.

Encore que si les dernières sessions de l’année s’inscrivent dans le prolongement de celle d’hier, nous pourrions aborder la nouvelle année avec un peu plus d’entrain. "Santa has lots of toys and goodies on his sleigh, dit la chanson de Nat King Cole, et force est d’admettre que si le Père Noël ne nous a pas déposé de rally de fin d’année sous le sapin, il peut encore se rattraper avec quelques sessions comme celle d’hier. C’est peut-être pour cela que Donald Trump demandait à cette petite fille de sept ans si elle croyait encore au Père Noël… Mais la vraie question à se poser n’est-elle pas de savoir dans quelle mesure Mister Market croit encore en Donald Trump ?

Chiffres clés du 26/12/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3210,08 0,00% -19,30%
Europe: Stoxx Europe 600 335,25 0,00% -13,86%
USA: S&P 500 2467,70 4,96% -7,70%
Japon: Nikkei 19327,06 0,89% -15,10%
Chine: Shangai Composite 2498,29 -0,26% -24,46%
Hongkong: Hang Seng 25651,38 0,00% -14,26%
Euro/dollar 1,14 -0,05% -5,00%
Brent pétrole 54,16 0,00% -18,69%
Or 1278,60 1,03% -1,91%
Taux belge à 10 ans 0,77
Taux allemand à 10 ans 0,25
Taux américain à 10 ans 2,80
Source : Thomson Reuters IBES

Votre expert

Philippe Gijsels Chief Strategy Officer
Voir tous les experts
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis