Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Un non-événement pour les marchés financiers?
12 NOV

Un non-événement pour les marchés financiers?

12-11-2018
Marc Eeckhout – Strategist & Real Estate Analyst
Marc Eeckhout
Marc Eeckhout Strategist & Real Estate Analyst Profil
Rédigé le 12-11-2018 10:14
Publié le 12-11-2018 10:14
L'issue conforme aux attentes des élections intermédiaires américaines et la confiance témoignée par la Fed ont inspiré Wall Street la semaine dernière.

Sommaire

  • La Chambre des représentants pour les Démocrates et le Sénat pour les Républicains
  • La Fed marque une courte pause avant de reprendre ses relèvements des taux
  • L'Europe toujours aux prises avec le budget italien
  • Beaucoup de chiffres en provenance des USA, de l'Europe et de la Chine cette semaine
Tant le Dow Jones que le S&P500 ont signé des gains de plus de 2% sur une base hebdomadaire, tandis que le Nasdaq, l’indice du secteur technologique, réalisait une modeste progression. La hausse était moins vigoureuse pour les bourses d’Europe et du Japon. Les indices d’actions des pays émergents ont dû battre en retraite – ce n’est pas la première fois cette année –, de sorte que les pertes depuis le début de l’année continuent à s’accumuler.

Les principales explications à ce déclin des pays émergents sont le conflit commercial, la progression soutenue des taux d’intérêt américains et les taux de croissance plus faibles en Chine. Le dollar a atteint par rapport à l’euro son niveau le plus élevé en 16 mois. Les taux d’intérêt des pays centraux ont laissé entrevoir des fluctuations modérées, tandis que ceux de la périphérie ont progressé. Dans le complexe des matières premières, l’or et le pétrole ont perdu du terrain. Après un vigoureux rebond plus tôt cette année, le prix du pétrole est désormais en proie à un marché baissier.

La Chambre des représentants pour les Démocrates et le Sénat pour les Républicains

Le scénario auquel le marché s’attendait pour les élections intermédiaires américaines s’est réalisé. Un Congrès divisé est une issue que les marchés financiers conçoivent comme modérément positive, mais qui place par contre le président Trump dans une situation délicate en ce sens qu’il devient plus difficile pour lui d’édicter de nouvelles lois ou de mettre en place les programmes qu’il a échafaudés.

Les Démocrates sont désormais beaucoup plus influents au niveau de la politique intérieure et peuvent lui mettre des bâtons dans les roues sur toute une série de points. D’un autre côté, ils ne peuvent pas se permettre non plus de boycotter totalement Donald Trump en risquant de faire du tort à l’économie américaine, car ils pourraient le regretter lors des élections présidentielles de 2020. Ils sont donc condamnés à trouver des compromis avec les Républicains, et c’est probablement ce qu’ils feront pour le lancement et le financement du vaste programme d’investissements dans l’infrastructure. L’issue des élections intermédiaires ne peut pas non plus être vue comme une défaite de Donald Trump. Au contraire : les Républicains sont parvenus à décrocher davantage de sièges au Sénat. De plus, cette majorité renforcée au Sénat permet au président de poursuivre sa politique "America first" à l’égard des partenaires commerciaux internationaux des Etats-Unis.

La Fed marque une courte pause avant de reprendre ses relèvements des taux

La banque centrale américaine a maintenu comme prévu le taux directeur inchangé à 2-2,25%. Elle a été très claire dans ses prévisions, avançant un quatrième relèvement des taux d’intérêt en décembre suivi de quelques autres en 2019. L’institution a confiance en l’évolution de l’économie, n’entrevoit pas de risque de surchauffe et considère que le niveau de l’inflation se situe toujours dans la norme.

L’Europe toujours aux prises avec le budget italien

Après la Commission européenne, c’est cette semaine au tour de l’Eurogroupe (l’assemblée des ministres des finances) de rappeler le gouvernement italien à l’ordre et d’exiger une révision du budget pour 2019. En dépit des exhortations répétées, le gouvernement italien ne semble pas disposé à céder. Les partenaires de la coalition – le Mouvement Cinq Etoiles et Lega – souhaitent relancer l’économie italienne à travers une augmentation des dépenses, quitte à creuser encore davantage le déficit budgétaire. Une approche diamétralement opposée à la vision européenne, qui exige sans équivoque le respect de certaines fourchettes pour les budgets des Etats membres.

La Commission européenne a publié la semaine dernière ses prévisions pour la croissance économique, et a à cette occasion ramené celles de la croissance italienne à 1,2-1,3% pour 2019 et 2020, autrement dit un cran au-dessous de celles avancées par le gouvernement italien. Les marchés financiers pourraient venir en aide à l’Europe dans les prochaines semaines. Si l’impasse entre les deux parties persiste trop longtemps, les taux d’intérêt italiens pourraient en effet augmenter davantage et miner l’équilibre fiscal de l’Italie. Enfin, l’Europe pourrait aussi initier une procédure de sanction à l’encontre de Rome.

Beaucoup de chiffres en provenance des USA, de l’Europe et de la Chine cette semaine

Nous assisterons par ailleurs cette semaine à la publication des statistiques américaines de l’inflation, des taux de croissance européens pour le troisième trimestre et d’une mise à jour de toute une série de paramètres économiques de la Chine. Ces dernières données seront cruciales vu le doute qui plane sur l’état de santé de l’économie chinoise et les mesures que la banque centrale pourrait prendre pour lui venir en aide.

Chiffres clés du 05/11/2018 au 09/11/2018

Index Clôture +/- Depuis début 2018
Belgique: Bel-20 3556,31 0,98% -10,60%
Europe: Stoxx Europe 600 365,738 0,46% -6,02%
USA: S&P 500 2781,01 2,13% 4,02%
Japon: Nikkei 22250,25 0,03% -2,26%
Chine: Shangai Composite 2598,87 -2,90% -21,42%
Hongkong: Hang Seng 25601,92 -3,34% -14,43%
Euro/dollar 1,13535 -0,22% -5,45%
Brent pétrole 70,06 -3,74% 5,18%
Or 1210,72 -1,68% -7,11%
Taux belge à 10 ans 0,84
Taux allemand à 10 ans 0,41
Taux américain à 10 ans 3,19
Source : Thomson Reuters IBES
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis