Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Violentes fluctuations
Actualité Suivre Suivre la catégorie
9 MAI

Violentes fluctuations

9-5-2022
Patrick Casselman – Senior Equity Specialist
Patrick Casselman Senior Equity Specialist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 9-5-2022 10:14
Publié le 9-5-2022 10:14
Les fluctuations journalières qui animent les marchés des actions augmentent encore en intensité sous l’effet des principales préoccupations que sont la guerre en Ukraine, l’inflation élevée, l’attitude de faucon des banques centrales et la remontée des taux, le tout sur fond d’une crainte grandissante d’un ralentissement de la croissance économique.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • Un krach éclair pour entamer le mois de mai
  • La Fed relève comme prévu les taux de 0,5 %
  • Un taux américain à dix ans supérieur à 3 %
  • Jusqu’où ira le ralentissement de la croissance ?
  • Bénéfices toujours encourageants pour les entreprises
  • Au programme de cette semaine: les nouvelles statistiques de l’inflation

Un krach éclair pour entamer le mois de mai

Après le repli substantiel des bourses américaines en avril, les bourses européennes leur ont emboîté le pas la semaine dernière. Le Stoxx Europe 600 a entamé lundi matin le mois de mai sur un krach éclair d’environ 5 %, qui a été dans une large mesure rattrapé le jour même. Cette vague de ventes soudaine était probablement le résultat d’un ordre de vente erroné, mais l’incertitude qui plane sur l’économie et les nouvelles sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Russie (avec entre autres une proposition d’interdire les importations de pétrole russe) ont tout de même fait perdre au baromètre boursier européen 4,5 % sur une base hebdomadaire. Après son important recul de la semaine précédente, le S&P500 américain est parvenu à limiter la perte à 0,2 %. Cependant, ce bilan hebdomadaire masque des fluctuations journalières historiquement élevées, avec un rallye de soulagement de 3 % le mercredi en réaction à la décision des taux de la Fed et une chute de la même amplitude le jeudi. Comme si les marchés ne savaient plus sur quel pied danser…

La Fed relève comme prévu les taux de 0,5 %

La Fed n’a surpris personne en relevant son taux directeur de 0,5 % – le double des étapes habituelles de 0,25 % –, mais il est vrai qu’elle y avait soigneusement préparé les marchés. Jerome Powell a d’ailleurs à présent laissé entendre que les deux prochains relèvements des taux seraient eux aussi de 0,5 %. Le marché a poussé un soupir de soulagement lorsque le président de la banque centrale a indiqué qu’il ne serait à son avis pas nécessaire de procéder à des relèvements encore plus rapides de 0,75 %, comme certains investisseurs commençaient à le craindre. La Fed a en outre faire davantage la clarté sur l’allègement projeté de son bilan, et comme chacun le sait, les marchés préfèrent la clarté à l’incertitude.

Un taux américain à dix ans supérieur à 3 %

Ce resserrement monétaire a été suivi sur les marchés obligataires d’un mouvement logique, à savoir une nouvelle remontée des taux obligataires. Le taux américain à dix ans a ainsi franchi la barre des 3 % pour la première fois depuis 2018. Les taux obligataires européens ont dans l’intervalle manifestement le vent en poupe, eux aussi, avec des hausses hebdomadaires de l’ordre de 0,20 à 0,30 % en moyenne qui leur ont fait atteindre dans les pays centraux européens leur niveau le plus élevé depuis 2014. Le marché s’attend à présent à ce que la BCE procède lors de sa réunion du 21 juillet à un relèvement de 0,25 %, suivi d’encore deux autres d’ici la fin de l’année.

Jusqu’où ira le ralentissement de la croissance ?

Pendant ce temps, les signes indiquant un ralentissement de la croissance économique se multiplient. En Chine, les indicateurs de confiance des directeurs d’achat sont retombés à 47 points dans l’industrie et à peine 36 pour les services, mais il va sans dire que la confiance a subi les effets des récents confinements qui ont frappé certaines grandes villes chinoises. Aux Etats-Unis, l’ISM de l’industrie a chuté de 57,1 à 55,4 points, tandis que l’indicateur de confiance pour les services est retombé de 58,3 à 57,1 points. Le marché de l’emploi américain est pour sa part toujours au bord de la surchauffe, avec une création d’emploi plus marquée que prévu de 428.000 unités en avril et un taux de chômage affichant un record à la baisse historique de 3,6 %.

Bénéfices toujours encourageants pour les entreprises

En dépit de la déception créée par quelques grosses pointures technologiques qui ont dû confesser un ralentissement de la croissance post-coronavirus (Netflix, Amazon…), le bilan général de la saison des résultats est tout de même plutôt positif. 76 % des entreprises américaines et 67 % des entreprises européennes ont dépassé les attentes en termes de bénéfices. Les marges bénéficiaires se maintiennent à des niveaux élevés du fait que les entreprises parviennent généralement aisément à répercuter l’augmentation des coûts sur leurs prix de vente. En revanche, elles revoient à la baisse leurs attentes à l’égard de la croissance bénéficiaire pour 2023 par crainte que les prix élevés et la remontée des taux ne finissent par freiner la demande.

Au programme de cette semaine : les nouvelles statistiques de l’inflation

En marge des rebondissements de la guerre entre la Russie et l’Ukraine et de la suite de la saison des résultats, les marchés guetteront cette semaine la publication du taux d’inflation aux Etats-Unis. Compte tenu de la base de comparaison déjà plus élevée d’il y a un an, de la correction subie le mois dernier par les prix de quelques matières premières et de la cherté du dollar qui rend les importations moins onéreuses, nous sommes en droit d’espérer que nous assisterons pour la première fois depuis longtemps à un léger recul du taux d’inflation élevé. Il se pourrait donc que le pic de l’inflation soit désormais derrière nous, même s’il faudra peut-être encore attendre tout un temps avant que le niveau ne redevienne acceptable.

Chiffres clés du 02/05/2022 au 06/05/2022

Index Clôture +/- Depuis début 2022
Belgique: Bel-20 4021,28 -2,07% -6,70%
Europe: Stoxx Europe 600 429,91 -4,55% -11,87%
USA: S&P500 4123,34 -0,21% -13,49%
Japon: Nikkei 27003,56 0,58% -6,21%
Chine: Shangai Composite 3001,56 -1,49% -17,54%
Hongkong: Hang Seng 20001,96 -5,16% -14,51%
Euro/dollar 1,06 0,32% -6,94%
Brent pétrole 112,61 4,43% 43,64%
Or 1885,90 -1,18% 3,48%
Taux belge à 10 ans 1,64

Taux allemand à 10 ans 1,04

Taux américain à 10 ans 3,12

Source : Refinitiv Datastream

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne

Votre expert

Patrick Casselman Senior Equity Specialist
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire