Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Europe: pionnière de la lutte en faveur du climat
Impact investing Suivre Suivre la catégorie
7 DÉC

Europe: pionnière de la lutte en faveur du climat

7-12-2020
Caroline Palumbo – Investment Communication Manager
Caroline Palumbo
Caroline Palumbo Investment Communication Manager
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 4-12-2020 12:50
Publié le 7-12-2020 06:50
Pionnière dans la lutte climatique, l’Europe est freinée par ses dissensions politiques. Le Pacte vert et la taxonomie sont cruciaux pour rendre la finance plus durable et accélérer la transition.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • L’Europe ne manque pas d’atouts pour atteindre la neutralité carbone en 2050
  • De nouvelles mesures restent nécessaires pour respecter l’accord de Paris
  • Le Pacte vert doit rendre l’économie européenne plus durable et plus équitable
  • Les dissensions politiques freinent la concrétisation des objectifs du Pacte vert
  • La taxonomie permettra d’accélérer la transition du secteur financier
  • Les investisseurs pourront ainsi agir pour favoriser les acteurs les plus durables
L’Europe ne manque pas d’atouts pour atteindre son objectif de la neutralité carbone : une Commission européenne engagée, un plan de relance « vert » et un marché financier mature. Ne crions toutefois pas victoire trop vite. L’Union européenne est certes parvenue à réduire ses émissions de CO2 de 23% entre 1990 et 2018. Mais les mesures actuelles demeurent insuffisantes pour respecter les engagements de l’accord de Paris sur le climat. De nouvelles avancées comme le Pacte vert pour l’Europe ou la taxonomie sont donc indispensables. Elles rendront notamment le secteur financier plus durable, permettant aux investisseurs de soutenir la transition de l’économie.
La clé de voûte de la stratégie européenne est sans conteste le Pacte vert dévoilé fin 2019 et doté d’un budget de 1.000 milliards d’euros.

Pacte vert

La clé de voûte de la stratégie européenne est sans conteste le Pacte vert dévoilé fin 2019 et doté d’un budget de 1.000 milliards d’euros. Il repose sur huit piliers :
  1. La neutralité carbone pour 2050 ;
  2. Une énergie abordable, propre et sûre ;
  3. Une économie et une industrie propres et circulaires ;
  4. Construction et rénovation économes en énergie et en ressources ;
  5. Zéro pollution et substances toxiques ;
  6. Préservation et rétablissement des écosystèmes et de la biodiversité ;
  7. De la ferme à la table, une alimentation juste, saine et respectueuse de l’environnement ;
  8. Mobilité durable et intelligente.
L’un des principaux enjeux est le secteur énergétique qui représente 75% des émissions de gaz à effet de serre en Europe.
Les pays d’Europe de l’Est perçoivent cette transition comme un frein à leur développement économique.Caroline Palumbo

Manque d’unité

Pour concrétiser ces ambitions, différentes mesures ont été proposées : taxes carbone, tests de résilience climatiques, transition vers les énergies renouvelables. En milieu urbain, le transport est le principal levier d’amélioration. L’industrie est aussi pointée du doigt pour son modèle trop linéaire avec seulement 12% de matériaux recyclés. Pour que l’Europe atteigne ses objectifs, la transition doit concerner tous les acteurs, des industries traditionnelles au monde politique. Nombre de mesures sont freinées par un manque d’unité. D’une part, la France et l’Allemagne divergent sur certains points comme le nucléaire. D’autre part, les pays d’Europe de l’Est perçoivent cette transition comme un frein à leur développement économique.
L’uniformisation des bilans extrafinanciers, grâce à la taxonomie, permettra aussi aux investisseurs de mesurer leur impact ESG.Caroline Palumbo

Finance durable

Le secteur financier a aussi un rôle prépondérant à jouer dans la transition. À ce titre, trois leviers importants ont été actionnés.
  1. La taxonomie consiste à trier les activités des entreprises sur la base de six objectifs environnementaux. Elle permettra aux investisseurs de mesurer le score environnemental des entreprises.
  2. L’uniformisation des bilans extrafinanciers, grâce à la taxonomie, permettra aussi aux investisseurs de mesurer leur impact ESG (environnement, social, gouvernance).
  3. En matière de placements durables, le label Towards Sustainability de Febelfin est un pas dans la bonne direction. Mais son champ d’action reste trop limité. À ce titre, le Pacte vert joue un rôle prépondérant pour généraliser les bonnes pratiques.

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne
Caroline Palumbo

Votre expert

Caroline Palumbo Investment Communication Manager
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire