Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Les trois leçons économiques du coronavirus
Impact investing Suivre Suivre la catégorie
14 AVR

Les trois leçons économiques du coronavirus

14-4-2020
Luc Van Liedekerke – Professor Corporate Social Responsibility
 Luc Van Liedekerke
Luc Van Liedekerke Professor Corporate Social Responsibility
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Rédigé le 9-4-2020 14:35
Publié le 14-4-2020 05:35
La crise sanitaire nous confronte aux manquements de notre approche de l’économie. Si nous en tirons les leçons qui s’imposent, la société sera plus résiliente pour affronter la prochaine crise.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • La pandémie de coronavirus est un exemple typique de la théorie dite du cygne noir
  • Afin d’affronter la prochaine crise, la société doit devenir plus robuste
  • Les experts plaident aussi pour une approche plus systémique de l’économie
  • Les entreprises avec de bonnes notes ESG sont plus résilientes
La pandémie de coronavirus est un exemple typique de la théorie dite du cygne noir. Comme l’a décrit Nassim Nicholas Taleb dans Le cygne noir : La puissance de l’imprévisible. Un cygne noir est un événement impossible à prévoir à l’impact énorme. Nassim Nicholas Taleb affirme qu’il est inutile d’essayer de prédire les cygnes noirs. Mais pour parvenir à mieux faire face à ces événements imprévus, il est indispensable de renforcer la robustesse de notre société. Les cygnes noirs étant inévitables, nous devons en tenir compte dans l’organisation de notre économie ainsi que nos chaînes d’approvisionnement et de production.
Le coronavirus nous confronte à nos manquements dans l’approche systématique de la formation et de la politique économiques.Luc Van Liedekerke

Approche systématique

Le coronavirus nous confronte à nos manquements dans l’approche systématique de la formation et de la politique économiques. Dans l’ancienne école de pensée, l’économie est appréhendée comme un système quasiment indépendant. Alors qu’en réalité, elle est très dépendante de facteurs sociaux comme la santé ou la stabilité politique et de facteurs environnementaux comme le climat ou les ressources disponibles en eau.

La pandémie de coronavirus nous rappelle ce que les écologistes martèlent : que tout est lié et interdépendant. En d’autres termes, toute l’économie est en danger si la santé humaine est menacée.

Résilience

Aucun système ne permet d’éviter le choc provoqué par un cygne noir. Mais nous pouvons bien rendre la société plus résiliente. Nous avons pu mesurer l’impact de la crise de 2008 et les enseignements étaient clairs. Tous les secteurs ont été affectés, mais les entreprises qui se distinguaient en matière de critères ESG (durabilité) se sont redressées plus rapidement.

Il n’en ira pas autrement après cette crise. Les entreprises qui revoient la répartition du travail, en ayant recours à des temps partiels, rebondiront plus vite que celles qui licencient. De tels aménagements permettent aussi de maintenir un bon climat social au sein de l’entreprise et de bonnes relations avec les syndicats. En résumé, une bonne gouvernance est essentielle.

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne
 Luc Van Liedekerke

Votre expert

Luc Van Liedekerke Professor Corporate Social Responsibility
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis

À lire également dans le dossier "Durabilité"

Voir le dossier

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire