Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Raisonner notre consommation de matières premières
#MyFuture Tendances Suivre Suivre la catégorie
31 MARS

Raisonner notre consommation de matières premières

31-3-2021
Caroline Palumbo – Investment Communication Manager
Caroline Palumbo
Caroline Palumbo Investment Communication Manager
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts

À lire également dans le dossier "Towards a sustainable future"

Voir le dossier
Rédigé le 25-3-2021 12:12
Publié le 31-3-2021 05:00
Notre consommation de matières premières passe souvent inaperçue. En prendre conscience est un premier pas vers une utilisation plus raisonnée, tant de la part des consommateurs que des entreprises.
Lire plus tard
Twitter LinkedIn Email Imprimer

Sommaire

  • La consommation de matières premières non renouvelables a explosé
  • Cette utilisation passe souvent inaperçue, un smartphone nécessitant 30kg de matières
  • L’innovation, c’est avant tout une autre façon de penser le monde
  • Dans le domaine de l’agriculture, les drones côtoient les techniques ancestrales
  • Les investisseurs ont un rôle crucial pour rendre le secteur et l’économie plus durables
Avec l’avènement de la société de consommation, l’utilisation des matières premières a augmenté de manière spectaculaire. Certaines, telles que les matières d’origine animale et végétale, sont renouvelables. D’autres, comme les métaux, les minerais ou les matériaux chimiques et fossiles, ne le sont pas. Leur utilisation intensive pose donc question.

La sobriété imposée durant la crise sanitaire a conduit nombre d’entre nous à réfléchir à ces comportements. Cette rationalisation fait partie intégrante de la transition durable avec l’innovation. Car même si assimiler durabilité et sobriété est un raccourci dangereux, la réduction du gaspillage est un enjeu prioritaire. Ce qui passe avant tout par une prise de conscience.
La mondialisation contribue aussi à l’hyperconsommation des ressources. Ainsi, pas moins de 12 pays interviennent dans la fabrication d’un jeans.

L’empreinte de notre consommation

Dans les années 90, des chercheurs allemands ont développé le Material Input per Unit of Service (MIPS) ou sac à dos écologique. Il permet de déterminer le poids de ressources nécessaires pour la fabrication d’un bien. Le MIPS d’une paire de baskets est évalué à 3,5 kg, celui d’une alliance en or est 600 fois plus élevé. Quant aux téléphones portables, leur fabrication requiert en moyenne 30 kg de matières, dont un quart environ de métaux.

La mondialisation contribue aussi à l’hyperconsommation des ressources. Ainsi, pas moins de 12 pays interviennent dans la fabrication d’un jeans. Des pays dont la conscience environnementale et les capacités technologiques varient fortement.
L’innovation durable, c’est avant tout une autre façon de penser le monde utilisant toutes les solutions disponibles.Caroline Palumbo

Une autre façon de penser

Les nouvelles technologies peuvent offrir des solutions mais ne sont pas exemptes de tout reproche. L’électrification de notre économie réduit nos besoins d’hydrocarbures mais elle nécessite l’extraction de métaux rares.

Dans le domaine crucial de l’agriculture, les nouvelles technologies (drones, etc.) permettent de mieux analyser les éléments rentrants et sortants d’un champ. Elles contribuent ainsi à protéger les sols et à garantir de bonnes récoltes. Mais elles ne suffisent pas. Le GIEC propose ainsi de les combiner à des techniques ancestrales comme la mise en jachère ou la rotation des cultures.

Preuve que l’innovation durable, c’est avant tout une autre façon de penser le monde utilisant toutes les solutions disponibles.

Investissements durables

Pour insuffler cette nouvelle façon de penser dans le monde économique, les investisseurs ont aussi leur rôle à jouer. Si le secteur des matières premières reste souvent exclu des investissements durables, la notion d’engagement actionnarial se développe de plus en plus. Ce concept, inhérent à l’investissement durable, permet à des groupements d’actionnaires d’agir en faveur d’une meilleure gouvernance des entreprises. Investir dans des entreprises qui améliorent les techniques d’extraction, de recyclage et l’efficacité des matières premières permet de rendre le secteur plus durable.

Plus largement, la question de l’empreinte durable des approvisionnements en matières premières concerne évidemment toutes les entreprises.

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne
Caroline Palumbo

Votre expert

Caroline Palumbo Investment Communication Manager
Suivre Suivre l'expert
Voir tous les experts
Partagez :
Lire plus tard

Les informations et opinions reprises dans la présente lettre sont des commentaires à caractère purement informatif. Elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme des avis ou des recommandations d'ordre fiscal, juridique ou autre. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Nous vous invitons à prendre contact avec votre conseiller avant de prendre toute décision se fondant directement ou indirectement sur les informations contenues dans cette lettre. Les présentes conditions générales bancaires constituent le cadre global de la relation conventionnelle qui unit BNP Paribas Fortis SA (établissement de crédit dont le siège social est établi à 1000 Bruxelles, Montagne du Parc 3 - T.V.A. BE 0403.199.702 – RPM Bruxelles, soumis au contrôle prudentiel de la Banque nationale de Belgique, Boulevard de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles et du contrôle de l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA), rue du Congrès 12-14, 1000 Bruxelles en matière de protection des investisseurs et des consommateurs et inscrit comme agent d'assurances sous le n° FSMA BE 0403.199.702) à ses clients.

À lire également dans le dossier "Towards a sustainable future"

Voir le dossier

Rejoignez MyExperts

Restez au courant des dernières analyses en matière d'investissement

Déjà inscrit ?

Connectez-vous pour lire l'article.

Pas encore de compte ? S'inscrire