Menu
Priority Banking
Private Banking
Wealth Management
La banque d'un monde qui change
Investir durable est rentable selon les études
15 AVR

Investir durable est rentable selon les études

15-4-2019
Luc Van Liedekerke – Professor Corporate Social Responsibility
 Luc Van Liedekerke
Luc Van Liedekerke Professor Corporate Social Responsibility Voir tous les experts
Rédigé le 12-4-2019 14:04
Publié le 15-4-2019 06:00
La plupart des investisseurs croient toujours qu’investir durablement est plus risqué et moins rentable. C’est tout l’inverse en réalité. Comment expliquer cette fausse croyance?

Sommaire

  • En optant pour des investissements durables, beaucoup s’attendent à un rendement moindre
  • Cette croyance assez largement partagée se fonde sur des préjugés tenaces
  • Le rapport risque/rendement des ISR est aussi bon, voire meilleur, selon 90% des études
  • Les ISR offrent aussi la diversification nécessaire à une condition
  • La persistance des préjugés est liée au mythe qu’il faut être immoral en affaires
Selon une étude de The Journal of Finance de 2017, les personnes investissant de façon responsable s’attendent à obtenir un rendement moindre. Aucune étude empirique ne démontre toutefois cette sous-performance des investissements socialement responsables (ISR). C’est même tout le contraire si l’on se penche sur les résultats des dernières décennies. La méta-analyse des études relatives au rendement des ISR depuis les années 70 est assez claire. Dans 90% des cas, les ISR affichent un rendement aussi bon ou meilleur que des investissements traditionnels comparables. La performance des ISR est identique ou légèrement inférieur dans seulement 10% des cas.
Il n’y a aucune raison de ne pas investir en ISR : votre rendement n’est pas inférieur et vous contribuez à un monde meilleur.Luc Van Liedekerke

L’importance de la diversification

Un des arguments avancés pour discréditer une gestion 100% durable est l’univers d’investissement réduit. Il en résulterait une diversification insuffisante. Pourtant, les études démontrent qu’un portefeuille de 50 à 60 actions est suffisamment diversifié.
Il y a toutefois un « mais ». L’exclusion de l’industrie des armes controversées par exemple n'a pas de réel impact sur le rendement. Elles constituent un groupe restreint d’entreprises. Si vous excluez un secteur essentiel comme les carburants fossiles, la différence entre un portefeuille durable et classique est bien plus grande. L’approche « best in class » vous permet de privilégier les sociétés les plus durables dans chaque secteur. Cela vous assure une saine diversification.
Nous croyons qu’un comportement éthique exige des sacrifices, au contraire d’une attitude immorale.

Le fonds du vice

Les ISR sont donc au moins aussi rentables et offrent une saine diversification. Pourtant, le mythe d’un rendement plus faible est tenace. Pourquoi ? Il faut chercher du côté de notre lien à la moralité. Nous croyons qu’un comportement éthique exige des sacrifices, au contraire d’une attitude immorale. Cela explique la large couverture médiatique reçue par le Vice Fund qui n’investit que dans des secteurs comme l’armement, le tabac, l’alcool et le jeu. Selon Morningstar, ce fonds du vice affiche pourtant des performances inférieures à l’indice S&P 500. La conclusion est claire : il n’y a aucune raison rationnelle de ne pas investir entièrement en ISR. Votre rendement n’est pas inférieur et vous contribuez à construire un monde meilleur.

Cette lecture vous a-t-elle plu?

Retrouvez d’autres articles au travers de nos Newsletters quotidiennes et hebdomadaires

Je m’abonne
 Luc Van Liedekerke

Votre expert

Luc Van Liedekerke Professor Corporate Social Responsibility
Mots-clés : Focus Impact investing
Partagez :
Les opinions exprimées sur ce site sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position de BNP Paribas Fortis